Activités physiques et de bien-être

Réserver une activité

Kalaripayat

Description

Le kalaripayat est un art martial originaire du sud de l’Inde (Kerala).

Kalaripayat signifie, en malayalam (langue dravidienne parlée au Kerala), lieu des exercices ou encore arène, gymnase (kalari) et combattre, s’exercer, pratiquer (payat).

Il serait le plus ancien des arts martiaux et aurait inspiré le Kung-fu de Shaolin. Ses débuts pourraient remonter à la préhistoire, mais les premiers témoignages dont disposent les chercheurs sont des manuscrits sur feuilles de palme datant du 2eme siècle avant J.C. On évoque d’autre part l’influence de Bodhidharma, moine bouddhiste guerrier qui au 6eme siècle, parti du Kerala, aurait découvert et propagé le Kalaripayatt jusqu’en Chine. Il atteignit le monastère de Shaolin ou il s’établit et introduisit la boxe dite de “Shaolin” qui devint le kung-fu, dont le kalaripayat est souvent considéré comme la mère, de même que celle de tout les arts martiaux vivants qui ont traversé l’Asie.

Art martial millénaire, il se base sur le self-défense et s’inspire du yoga, de la nature et du comportement des animaux. Il a su développer une gymnastique corporelle très complète autant qu’une science de santé alliant le mouvement et le massage à l’huile encore pratiquée aujourd’hui : l’Ayurveda.

Pour qui ? Pour quoi ?

On peut commencer dès l’âge de 7 ans, une fois que les os du corps possèdent tout le calcium nécessaire à son bon fonctionnement.

Cette pratique s’adresse :

  • à toute personne (enfant/adulte) de 7 ans à 60 ans désireuse d’offrir la sérénité à son corps et à son esprit
  • aux pratiquants d’arts martiaux, de yoga et des arts divers (danse, cirque, gymnastique)
  • aux danseurs et comédiens qui souhaitent enrichir leur expression scénique en s’ouvrant à d’autres sensations

Il ne s’agit pas seulement d’apprendre à se défendre mais aussi à se coordonner et s’orienter dans l’espace, se mettre à l’écoute de son potentiel, à retrouver l’animal en soi et aussi un état d’enfant. Le Kalarippayat, loin de se limiter au seul aspect masculin et guerrier de certains arts martiaux, est avant tout un art non violent et ludique.

Déroulement d’une séance

Avant d’aborder l’apprentissage des armes, tout élève doit se plier à un long travail corporel.

Kolthari (armes en bois) kol signifie “baton” thari signifie “entrainement” / Ankathari (armes en metal) anka signifie “combat” thari signifie “entrainement”

Une séance comprend un échauffement, lancers de jambes, postures, renforcement musculaire et assouplissement, endurance du corps et du mental. Sous forme de chorégraphie dans l’espace nous abordons dans un premier temps les fondamentaux de la pratique pour ensuite progresser dans la mémorisation des postures. La séance se termine en général par une relaxation sur tapis de yoga pour profiter pleinement des bienfaits de la pratique.

Il est important de se munir d’une tenue confortable et de prendre de quoi s’hydrater.

 

Le premier cours d’essai est gratuit (sur inscription préalable au 02 28 44 55 92)

Praticiens