L’expérience du riz : entre jeu et science, thérapie et spiritualité…

En cette période de confinement, voilà qu’il m’est proposé de faire l’expérience du riz !

Vous avez pu le voir dans une scène du film “les petits mouchoirs” (un extrait vidéo existe sur Internet), c’est un classique des cahiers de développement personnel pour observer le pouvoir des pensées, des mots et des émotions.

Amusant et intriguant… cette période me pousse à tester par moi-même !

1) L’expérience

Il vous faudra :

  • 2 bocaux en verre et leurs couvercles (même volume, même forme)
  • du riz blanc
  • une casserole
  • étiquettes ou sparadrap
  • un feutre

Faites cuire le riz dans l’eau bouillante dans votre casserole (le temps indiqué sur votre paquet).
Une fois cuit et refroidi, remplissez les 2 bocaux en verre avec la même quantité de riz et fermez les bocaux.

Sur un pot inscrivez “Je t’aime”, sur l’autre inscrivez ” Je te déteste “.
Placez les pots à votre hauteur, à un endroit où vous passez régulièrement.
Dites des mots d’amour à l’un, des mots de haine et de désamour à l’autre.

Et observez ! De la moisissure va apparaître, mais regardez sur quel riz !
Et bien sûr, toute la famille peut participer : rires et émotions garantis 

2) Tout est vibration !

On rapproche souvent cette expérience aux travaux de Masaru Emoto sur la mémoire de l’eau. Vous trouverez de nombreuses informations sur le net, je vous invite à découvrir son travail et ses photographies des cristaux d’eau en lien avec les mots et les émotions.

La physique quantique nous confirme que tout est vibration. Les mots écrits ou dits sont vibrations, les pensées sont vibrations, et tout ceci a un impact sur la structure des éléments qui nous constituent, comme celle de l’eau contenue dans le riz.

Quand on sait que notre corps physique est constitué à près de 70% d’eau, la question se pose : quels impacts ont alors mes pensées, mes dires, mes écrits ? Pour les autres et pour moi-m’aime ?

Quel degré de moisissure j’inflige, sans m’en rendre compte, à mon corps, mes cellules, ma peau, mes muscles ? L’expérience en devient encore plus intéressante !

3) Piouf, ce que je (me) juge et (me) critique

Pendant cette expérience, j’ai observé mes pensées. Ayant entamé un travail sur moi depuis plusieurs années, je pensais orgueilleusement qu’il me serait difficile de dire des mots négatifs au riz tagué “Je te déteste “. Ah ah ah ! Laissez moi rire ! Je me suis prise en flagrant délit de critiques envers moi-même ou les autres.

Ma journée était ponctuée de plus ou moins petits jugements négatifs ou commentaires pas franchement bienveillants. Et à chaque fois que je me prenais la main dans le sac (“je ne suis pas assez ceci, je suis trop cela, mes cuisses sont ceci, j’ai l’air de cela, je suis nulle, ils n’ont rien compris”…), pensées subtiles mais bien présentes, je les annulais immédiatement et les détournais vers le riz “je te déteste” (“T’es moche, tu sers à rien”…vous voyez le genre ?).

Ben, croyez moi, j’ai encore une belle marge de progression vers l’amour de moi et le respect des autres ! 

4) Défouloir à émotions

J’en ai profité pour surveiller aussi mes émotions. Vous savez, ces moments où vous sentez votre poitrine se serrer mais où vous faites comme si de rien n’était et attendez que ça passe… Pas question, cette fois-ci ! Pourquoi ça serre, quelle situation, quelle pensée me fait ressentir ça ? Pourquoi ? De la tristesse, ok mais pourquoi ? Qu’aurais-je aimé à la place ? Quelle autre émotion se cache en dessous ? De la colère ?

Oh oui, c’était de la colère pour moi (une émotion bien planquée chez moi), la colère de passer encore par la souffrance pour évoluer, la colère de voir souffrir ceux que j’aime, de me sentir inutile face à tout cela… J’ai tout offert à mon riz “je te déteste”, mes mots, mes cris, mes larmes. J’ai vidé mon sac, jusqu’au bout…

À force de vider mes ordures, j’ai découvert tout au fond de moi d’autres émotions, d’une toute autre fréquence : l’espoir, la paix, la gratitude et l’amour. J’en ai profité pour les déverser sur le riz “je t’aime”.

Merci de m’être autorisée ce nettoyage intérieur. Cela m’a fait du bien d’utiliser ma voix, mon verbe, pour sortir tout ça de moi. Une véritable séance de thérapie gratuite !

5) Le processus d’auto-guérison

J’avais observé que le riz “je t’aime” avait quelques points de moisissure. Un autre challenge s’est alors engagé en moi .

Et si la moisissure pouvait se résorber? Si le riz pouvait activer son pouvoir d'”auto-guérison” encouragé par mes “je t’aime” ? Si rien n’était irréversible ? Si on pouvait rajeunir ? Si la maladie, les situations toxiques pouvait se désenkyster elles aussi de nos vies ? Et si tout était possible avec l’amour…
Moi j’y crois et vous ?

Alors tous à vos bocaux ! Et racontez nous vos expériences et vos observations !

Julie Gouverneur

Découvrir Julie Gouverneur

Lire davantage sur la Médecine Symbolique chez ORA

Prendre RDV en Médecine Symbolique avec Julie