Des cheveux et des Hommes

Médecines alternatives et complémentaires

rédigé le 7 novembre 2019

Histoire et symbolique du cheveu…

A proprement parler, les cheveux ont toujours eu une grande importance pour l’homme. Il en résulte d’ailleurs des expressions populaires qui en reflètent toute l’importance « s’arracher les cheveux », « à un cheveu près », « comme un cheveu sur la soupe », « ne pas toucher un cheveu à quelqu’un », « c’est tiré par les cheveux », « avoir un cheveu sur la langue » …

De manière plus symbolique, que ce soit dans chaque continent, religion ou encore à travers les traditions et rites qui nous entourent, la chevelure a un sens tout particulier aux yeux de l’homme. Et cela depuis des siècles.

L’histoire de la coiffure nous révèle les mœurs et les coutumes au fil des années, des peuples et des époques… Depuis la nuit des temps, les hommes consacrent les plus grands soins pour arborer une chevelure de rêve. Les cheveux ont toujours été entourés d’emblèmes représentatifs : la force, la virilité, le pouvoir, la contestation, la noblesse, la séduction…

Perruques de l’Egypte antique de l’époque de Toutankhamon

Dans l’Egypte antique, les femmes portaient des perruques d’apparat dans un but de séduction et d’érotisme. A l’inverse, dans la religion chrétienne, la consécration à Dieu impose la coupe de cheveux aux religieuses et aux moines. Ce geste volontaire s’oppose à l’abondance de la chevelure qui est considérée comme la base de la séduction et donc du péché.

Pour beaucoup, couper les cheveux à un ennemi est le plus grand outrage que l’on puisse lui imposer. On y fait d’ailleurs allusion dans l’ancien testament avec Dalila, qui par traîtrise, coupa les cheveux de Samson, par ce geste ce dernier perdit ses forces, qui ne reviendront qu’à la repousse de sa chevelure. Cela peut renvoyer à la coutume du scalp ou encore au rasage du crâne pour les prisonniers, les condamnés à mort, ainsi qu’aux femmes accusées de relations intimes avec l’envahisseur. De même pour les camps de concentration, le but étant d’abaisser la personne en lui ôtant tous signes distinctifs. Ces actes, fort de sens, signifient la perte totale de personnalité et la soumission à l’autre. On le constate aussi chez les Grecs et les Romains, avec les esclaves et les domestiques qui avaient les cheveux courts. 

En contestation à toutes ces coutumes, les hommes libres et guerriers se laissaient pousser les cheveux, signe de dignité et montrent leur affranchissement ou la réussite sociale. À une époque un peu plus récente, les cheveux longs sont le symbole de révolte contre l’autorité en général et objet de conflit entre les générations, un moyen d’afficher ses opinions politiques. 

Toujours dans la démonstration du statut social et du pouvoir, certaines civilisations dites évoluées, utilisaient des perruques ; voyant à travers cet objet un pouvoir de transformer les visages, d’imposer une personnalité et de donner une silhouette inspirant le respect. Louis XIV et Louis XV en demeurent les principaux prescripteurs de cette mode en France et les femmes en Egypte.

Louis XV

Au XXe siècle, un nouveau mouvement féministe et rebelle fait son apparition ; les femmes se coupent les cheveux à la garçonne, c’est le premier signe de l’émancipation féminine avec deux exemples emblématiques : Colette et Coco Chanel. Plus tard, dans les années 60 / 70’s, l’émergence du mouvement hippie, apparenté aux cheveux longs conteste encore une société moraliste et bureaucratique.

De nos jours, la société impose la jeunesse éternelle, passant par la transformation et l’entretien des cheveux. La vieillesse trouve son remède dans la compétence du professionnel qui sait cacher la tempe grisonnante et onduler la mèche la plus rebelle. 

Le besoin de plaire et de se plaire sont plus qu’inscrits dans notre quotidien. Nos chevelures poussent au rythme des variations et des tendances d’une ère transformatrice et soumise aux idées des grands créateurs. 

Depuis les origines, la coiffure est un art, et d’autant plus aujourd’hui avec les professions autour de la coiffure, des métiers indispensables au bien être de notre chevelure et au plus grand bonheur de notre société.

 « Les cheveux sont une des sources d’énergie les plus précieuses pour la vitalité humaine. » Selon Yogi Bhajan.

On peut constater par ailleurs, l’apparition de nouvelles pratiques plus naturelles comme la Coiffure Biodynamique, où sont pris en considération la personne dans sa totalité, les rythmes de la Lune et des saisons. Elle décrit une vision holistique de la compréhension de la nature reconnaissant les forces qui modulent la croissance des organismes vivants. C’est plus qu’une simple coupe du cheveu, c’est un soin du cheveu, du cuir chevelu et de la personne dans sa globalité. Cela se passe par une vibration émise dans tout le cheveu jusqu’à sa racine ainsi que dans le corps, pratiqué avec le Rasoir Traditionnel. Ses vibrations vont avoir de nombreux bienfaits, des cheveux brillants et d’une malléabilité exceptionnelle, un cuir chevelu sain et un bien-être intérieur, une sensation de libération du cheveu, comme un micro massage du cheveu dans sa racine et aussi de la personne.

Cette nouvelle Vision de la Coiffure et du Cheveu au Naturel vous est proposée par Sandra, Coiffeuse depuis toujours, qui en changeant sa vision, a pu transformé la pratique de son  métier qui existe depuis la nuit des temps.

Se sentir simplement un maillon de la chaîne d’évolution.

Sandra Roussel, Coiffeuse énergétique

Lien vers la présentation de Sandra Roussel

Prendre RDV avec Sandra chez ORA