Une communication bienveillante…

Accueil » Coaching - développement personnel » Une communication bienveillante…

Coaching - développement personnel

rédigé le 12 février 2021

L’observation et la biologie des systèmes vivants montre que l’intégrité des composants individuels est la condition d’un système en santé et équilibré !

Par exemple, il n’y a pas apparition d’une molécule saine sans la présence d’atomes intègres. Il en va de même pour le vivant social humain vu comme un système : l’intégrité, et donc la liberté et la souveraineté de chaque membre, conditionne l’émergence d’une organisation vivante et épanouie.

Une expression claire et sincère est donc un cadeau nécessaire que chacun fait au groupe, pour l’informer et le nourrir dans son évolution. La Communication Non Violente nous aide à porter notre attention sur les besoins en présence. Ces derniers sont des précieux levier de motivation/évolution individuelle et collective, car tout dans la vie renvoie à l’expression d’un besoin !

Aussi, savoir repérer et exprimer les besoins en jeu, c’est se donner la chance de suivre le mouvement de la vie ensemble. Il est très bénéfique que chacun développe cette capacité pour développer son autonomie, et apprenne aussi à distinguer les besoins à différentes échelles (personne, rôle, projet, organisation), cela apportera à de la clarté sur les solutions possibles et l’espace où les traiter.

La CNV nous soutient aussi dans cette expression par ses 4 étapes, qui sont comme autant de tamis pour notre conscience autour des besoins comme force de transformation constructive (il ne s’agit pas forcément de s’exprimer dans cet ordre ou de cette manière mais d’avoir conscience de ce que l’on souhaite dire).

1 – L’OBSERVATION : je partage ce que je vois, j’entends, donc les faits, plutôt que les jugements, pensées, croyances, opinions dont nous avons déjà évoqué le risque. Ajoutons ici qu’observer les faits nous aide à différencier les évènements quotidiens de nos jugements, poison toxique pour la confiance et la coopération !

2 – RESSENTIS : en rapport avec un fait, une proposition ou une décision à prendre, je me relie à mon sentiment, mes émotions ; la colère, l’inquiétude ou l’enthousiasme sont des informations qui me sont d’abord destinées à moi, même si je peux en faire part pour informer le groupe de ce qui m’habite en toute sincérité. Le plus important est le message que ce ressenti m’apporte concernant des besoins en jeu.

3 – Je me relie aux BESOINS en jeu, qui sont à l’origine de mon ressenti. Passer à la parole ou à l’action à partir d’une émotion n’a pas le même impact qu’agir à partir d’un besoin. Si je choisis d’apporter toute mon attention pour faire un contact avec le besoin présent, quelque chose va
changer à l’intérieur de moi, la parole sera différente ensuite. Cette dernière sera forcément constructive car les besoins sont positifs par nature. Les besoins étant universels, la parole pourra être extrêmement personnelle tout en étant vecteur de liens.

4 – Je me DEMANDE ce que j’aimerais faire ou PROPOSER (en restant ouvert), comme pas concret et réaliste dans le sens du besoin repéré.

sources : l’Université du Nous

Nous contacter